Je suis un citoyen sans papiers

Abdelkader Belaouni nous fait part de son expérience en tant que réfugié à l’église St-Gabriel dans Pointe St-Charles.

kader_01.jpg Kader: 14 mois sans justice. Photo par Marjolaine Lord.

Ça fait 14 mois que je suis à l’église à cause d’une menace de déportation, soit depuis le 21 novembre 2005. Les deux raisons pour me déporter aux États-Unis sont que je n’avais pas de travail et que je n’avais pas de famille biologique. Cette décision m’a frustré parce que les deux raisons invoquées par l’Immigration, ils les ont inventées. C’est très dur pour moi de trouver un travail payé parce que je suis aveugle et comme je ne suis pas résident permanent, je n’ai pas accès à un programme de formation adapté.

J’ai quand même travaillé à deux endroits différents comme bénévole. Ils ont dit que je n’ai pas de famille biologique, pas de femme. C’est de la discrimination d’ignorer que cinq personnes étaient volontaires pour me parrainer.

Support de la communauté
Après tout ce temps que je suis ici, j’ai environ 100 organisations qui me soutiennent, comme Amnistie Internationale et la Ligue des Droits et Libertés. La raison pourquoi elles me soutiennent? C’est qu’elles voient qu’il y a discrimination. J’ai les partis; le Bloc Québécois, le NPD, les Libéraux et même un député Conservateur derrière moi. Norman Doyle (un député Conservateur et Président du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration) a écrit une lettre de soutien pour ma libération. On espère que la nouvelle Ministre de l’Immigration, Diane Finley, va écouter.

Le 1er décembre, un jour très froid, très glacé, nous avons fait une mobilisation. C’était une très grande marche, avec presque 500 personnes jusqu’à l’Immigration au 1010 St-Antoine. C’est un succès pour le quartier. La communauté m’appuie : 80% des finances pour m’appuyer viennent des organismes du quartier Pointe St-Charles.

Où est la démocratie?
Mais même avec tout ça, l’Immigration ne veut pas m’écouter. Elle ne veut pas m’écouter ni les organismes qui me soutiennent. Et je trouve que ça ce n’est pas la démocratie! Je trouve qu’il y a encore discrimination. Normalement dans la démocratie on donne le choix à la population. La population de Pointe St-Charles a déjà dit qu’elle me veut. Moi j’ai donné beaucoup pour le quartier et je donne encore. Par exemple j’ai déjà travaillé comme bénévole avec les personnes handicapées et pour les droits des assistés sociaux. Je travaille encore même si je suis enfermé.

Passer le temps...
Puisque je suis à l’église, j’ai entamé quelques travaux depuis un an. J’ai un professeur qui me donne des cours de piano, et j’ai commencé à travailler pour la radio CKUT. Notre show s’appelle Hour of Power, une émission que je fais à chaque mois. Et maintenant, je prends des cours de massothérapie. Ça c’est mon travail préféré. Mais, il faut que je reste enfermé. Malgré que ici, j’aie le soutien d’un médecin qui vient pour me soigner, j’ai le souci que ce n’est pas assez. Si je tombe malade, je ne peux pas aller à l’hôpital.

Et toujours des portes fermées...
J’aimerais que la Ministre regarde cette situation pour quelqu’un comme moi, qui est malade et aveugle. Ça c’est inhumain. C’est seulement depuis que les Conservateurs ont été élu que les demandes de résidence permanente pour des raisons humanitaires ont été rejetées. J’espère que la Ministre va ouvrir cette porte pour moi, qu’elle va intervenir dans cette cause aussi. Elle va me libérer comme les autres ministres libéraux ont libéré les gens dans les Églises avant elle.

Garder espoir
Je suis déjà enfermé des yeux. Maintenant c’est une double fermeture, les yeux et l’Immigration. Des fois j’oublie que j’ai un problème avec l’immigration parce que j’ai à me battre pour la santé.

J’espère que la Ministre fera un geste humain. Je m’adresse à elle personnellement, qu’elle aille voir mon dossier personnellement. Parce que moi, j’ai confiance en mon dossier pour le statut de résident permanent. Pour des motifs humanitaires mon cas est très solide.